mercredi 25 juillet 2007

Le GPS sera permis et les taxis sont ravis

Catherine Handfield

La Presse

Le Québec était la seule province canadienne encore réticente, mais elle a finalement cédé. Le système GPS sera autorisé dans les voitures d'ici la fin de 2007, a appris La Presse.

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) a déposé un projet de règlement en ce sens au ministère des Transports au début de l'été. «Nous sommes à la toute fin du processus», affirme le relationniste de la SAAQ, Gino Desrosiers.

Le code de la route du Québec interdisait jusqu'à aujourd'hui le droit de manipuler un écran au volant, pour éviter les «distractions». Illégal mais toléré, le GPS était pourtant compris à l'achat de certaines voitures de luxe et utilisé par les entreprises de livraison. «La technologie s'est beaucoup améliorée et la demande était là», indique M. Desrosiers.

Cet amendement à la loi touchera directement l'industrie du taxi, qui fera du système de positionnement par satellite un outil de travail. «Les 28 compagnies de Montréal le demandaient depuis plusieurs années», dit le responsable au développement des affaires chez Taxi Diamond, Daniel Di Massimo.

Les frais du système, qui peuvent atteindre 2000$, seront assumés par les propriétaires de taxi intéressés. Chez Taxi Coop, les 325 voitures en seront toutes équipées, selon une décision votée en assemblée générale en avril dernier. «Nous avons déjà commencé à contacter les fournisseurs», souligne le directeur général de la coopérative, François Bullock.

Le système privilégié par l'industrie du taxi ne servira pas seulement au positionnement spatial et à indiquer l'itinéraire des trajets routiers. Une fonction reliant les taxis à la centrale permettra aux voitures de recevoir directement les appels des clients.

L'avantage: le conducteur qui se trouve le plus près sera directement appelé, évitant ainsi le bourdonnement des communications radio avec la centrale. «Le temps d'attente sera moindre, tout comme la distance parcourue par le taxi et la consommation d'essence», souligne M. Bullock. L'industrie s'attend à une réduction énergétique d'environ 10%.
Le directeur général de Taxi Coop projette également d'ajouter un système d'appels automatiques, comme c'est le cas chez certaines entreprises de Vancouver et de Winnipeg. «Les clients recevraient un coup de fil automatisé une minute avant l'arrivée de la voiture. Ça éviterait les attentes inutiles pour le client et le chauffeur.»

Daniel Di Massimo, de Taxi Diamond, y voit finalement une question de sécurité. «La centrale pourrait savoir où se trouve les voitures en tout temps», dit-il. Selon le SPVM, entre 40 et 67 vols qualifiés ont été commis à Montréal contre des chauffeurs de taxi depuis 2002.

Pour voir un video de cette nouvelle sur TQS, cliquez ici.

Mise à jour: La vidéo n'est plus disponible et TQS s'appelle maintenant Canal V.

Libellés : ,

Liens vers ce post

0 Comments:

Publier un commentaire

<< Home

Links to this post:

Créer un lien